La marbrière

La marbrière de l’Espiadet à Payolle

La marbrière de Payolle
Le marbre extrait de la marbrière de l’Espiadet à Payolle, porte l’appellation « marbre de Campan ». La dernière exploitation date de 1986. De l’invasion de la Gaule par les romains à nos jours, elle a connu des heures de gloire et de longues périodes d’oubli.
La légende dit que le marbre « griotte », une des spécificités du site, doit sa couleur rouge pourpre au sang des batailles romaines.
Une très belle variété de vert tendre fut envoyée à Rome aux IIème et IIIème siècles ; cela confirme tout l’intérêt que les romains portaient aux marbres de Campan, alors qu’ils possédaient chez eux bon nombre d’autres remarquables marbrières.
Le marbre de l’Espiadet va continuer d’être exploité au fil de l’histoire de France, avec plus ou moins de régularité, en plus ou moins grande quantité, et selon des accords spécifiques passés entre les seigneurs locaux et chaque royauté.
C’est surtout Louis XIV qui va lui donner ses lettres de noblesse avec son utilisation dans la décoration du château de Versailles, du Louvre et de l’Opéra de Paris.
Bien plus tard, des Sociétés industrielles privées reprennent l’exploitation, avec du matériel plus moderne, des moteurs, des treuils, des camions, l’électricité, des voies de communication sûres et une bonne main d’œuvre locale. Des usines de sciage, polissage dynamiques sont crées à Bagnères de Bigorre.
L’activité s’éteint avec la fermeture de la marbrière de l’Espiadet en 1986.

Propriété de la Commune de Campan, entretenue et valorisée par l’Association des « Marbrés de l’Espiadet », la carrière renaît aujourd’hui.

Une réflexion au sujet de « La marbrière »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *